Les Maxi Papas de Disneyland Paris

A Disneyland Paris, tous les papas ne sont pas comme Henry Ravenswood, effrayants et possessifs. Ce serait plutôt le contraire ! Super-héros ou héros du quotidien, ils feraient n’importe quoi pour le bonheur de leurs enfants ! Bonne fête à eux !

L’histoire des Parcs Disney est avant tout celle d’un papa aimant nommé Walt Disney qui prenait sur son temps le samedi pour accompagner ses deux filles au manège de Griffith Park à Los Angeles. Assis sur un banc à les regarder, il se disait que ce serait une bonne idée d’avoir un lieu où parents et enfants pourraient s’amuser ensemble. C’est ainsi qu’il imagina Disneyland, précurseur de nombreuses expériences familiales Disney à travers le monde.

Père exigeant et rigoureux, Elias Disney, le papa de Walt, n’a, quant à lui, pas hésité à quitter son emploi et la maison qu’il avait lui-même bâtie à Chicago pour offrir à ses enfants un lieu de vie paisible et épanouissant à la campagne, dans la petite ville de Marceline. Disneyland Paris lui rend hommage à travers les petites plaques de métal à son nom disséminées à travers Main Street, U.S.A., rappelant son métier de « contractor », d’entrepreneur en charpentes au moment de la naissance de Walt.

De son côté, Crush prend les choses « à la cool » ! Un lien très fort l’unit à son fils, Squiz. Mais il sait en même temps lui donner toute l’autonomie nécessaire pour qu’il puisse se débrouiller par ses propres moyens dans « le grand bleu ». Dans Crush’s Coaster, au Parc Walt Disney Studios, notre ami tortue laisse Squiz s’amuser en toute liberté avec Nemo dans le Courant Est-Australien tandis qu’il accompagne les visiteurs dans leur voyage en carapace.

D’un océan à l’autre, Monsieur Robinson fera contre mauvaise fortune bon cœur en transformant une île déserte en un havre de paix pour sa famille, en recyclant les restes de leur bateau échoué pour en faire La Cabane des Robinson, qui bénéficie de tout le confort moderne… avec les moyens du bord !

Sur une des fenêtres au-dessus d’Emporium, Pongo, le papa des 101 Dalmatiens (1961) est représenté comme la mascotte des pompiers. Le symbole est bien connu des soldats du feu américains, mais il nous rappelle également que c’est lui qui prend les choses en main pour retrouver ses bébés kidnappés par l’infâme Cruella grâce au fameux « aboiement du soir » et en se lançant, avec sa tendre Perdita, dans l’incroyable expédition qui leur permettra de les retrouver.

Un autre papa qui n’hésitera pas à braver les éléments pour retrouver son fils est Gepetto. On le retrouve dans l’attraction Les Voyages de Pinocchio juste après l’attaque de Monstro, puis dans son atelier, pour d’heureuses retrouvailles avec son fils.

Quant à Mufasa, dans le spectacle Le Roi Lion et les Rythmes de la Terre, il apparaît volontiers complice dans le tableau « I Just Can’t Wait to Be King » et ira jusqu’au sacrifice de sa vie pour sauver son enfant aux prises avec les gnous. Mais le lien n’est pas rompu pour autant, comme le montre le poignant mash-up entre « He Lives in You » et « Endless Night » : Mufasa demeurera éternellement aux côtés de Simba, dans les joies comme dans les épreuves !

Ce mélange de complicité et d’héroïsme se retrouve enfin dans la personnalité de Robert Parr, alias M. Indestructible, que l’on pouvait retrouver dans différents spectacles de Disneyland Paris, La Cavalcade de Noël (2012), Les Indestructibles en Action (2014-2016) ou encore Le Challenge des Indestructibles (2017). Même s’il a parfois du mal à comprendre ses enfants, il fait tout pour les élever au mieux, que ce soit pour résoudre des problèmes de maths ou pour les accompagner en mission !

 

Source : Insidears

Be the first to comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :